17 février 2022 Par FLASHMART Non

Tu ne peux pas pardonner à tes parents | Pratique ésotérique


FavoriChargementAjouter aux Favoris

pardonner

C’est étrange pour moi de lire quand ils écrivent cela : « Vous devez ! pardonnez à vos parents si vous voulez devenir un adulte, “ne comprenant pas le contexte et les intrigues, et les dommages qui ont été causés au psychisme de l’enfant. Que vous ayez certainement besoin de remercier vos parents, et même de «creuser» cette gratitude, ce n’est qu’ainsi qu’il est possible d’être un adulte.

J’ai beaucoup de questions sur ces stéréotypes. Je ne peux pas m’y intégrer avec mon client et mon expérience thérapeutique – les parents sont différents !

L’enfant en veut à ses parents, cela fait partie du processus de croissance et de séparation. Il trouvera et trouvera de quoi être offensé et des parents «assez bons», mais mon article ne les concerne pas.

Je suis reconnaissant aux auteurs qui ont écrit et écrit sur le fait que vous ne pouvez pas pardonner aux parents lorsqu’il devient clair quelles sont les conséquences de leurs actions.

C’est tellement accepté dans notre culture que les parents sont sacrés ! Et un tel tabou se trouve dans l’esprit du public. C’est effrayant de même penser que les parents peuvent se tromper, ils peuvent être des «criminels», commettre un crime et causer des dommages à la psyché et à la santé de l’enfant, cela n’est pas toujours réglementé par les règles de droit, bien que ce qui peut être réglementé par ces règles et la loi sont souvent cachées et enveloppées de mystère et scellées par le silence. Ce que je veux dire, c’est la violence : sexuelle, morale, physique.

Je veux dire des systèmes familiaux dysfonctionnels. Ce sont des familles différentes, des couches sociales différentes, pas forcément défavorisées. Où l’enfant est blessé de manière répétée et constante, parfois dès sa naissance. Où les parents ne prennent pas leur responsabilité d’adulte. Et à cela, il n’y a même pas de sensibilité et de compréhension de ce qui se passe, quelque chose ne va pas. Une expression telle que “ils ont nourri la carcasse, de la merde dans l’âme” décrit bien ce processus.

Un tel enfant est un symptôme de la famille, un bouc émissaire. Il se sacrifie à ses parents par amour pour eux, il est comme un pion dans le “jeu adulte” de ses parents. Les conséquences de la vie d’un tel “enfant” à l’âge adulte sont évidentes pour moi, en tant que psychothérapeute – dépressions récurrentes prolongées, névroses, addictions, comportement autodestructeur, “identité qui fuit”, sexualité traumatisée. Les enfants traumatisés restent souvent attachés à leurs parents sans atteindre la maturité émotionnelle.

Au cours du processus de thérapie, il devient clair qu’un enfant dans une telle famille était un conteneur universel pour évacuer divers sentiments refoulés: colère, excitation sexuelle, honte, culpabilité, agression, dégoût. La confusion des rôles parent-enfant, où un enfant peut être sur un pied d’égalité avec un adulte – pour être fier du fait que la mère le consacre aux conversations d’adultes, mais en fait, l’utilise. Alors, la mère est déjà en position d’enfant, et elle attend que sa fille, son fils l’« adopte ». Ces enfants apprennent à assumer la responsabilité de leurs parents, mais aussi de leurs jeunes frères et sœurs. Ils le font, mais à quel prix ?

Les frontières sont floues et toute la merde qui se passe est la névrose de la mère et du père, dont ils ne sont bien sûr pas responsables. Les adultes n’assument pas la responsabilité de ce qui leur arrive et ne peuvent assurer la protection et la maturation en toute sécurité de leur enfant. L’insatisfaction de ses besoins d’enfance laissera à jamais des brèches dans son identité, la solitude, la faim affective, la honte toxique, la culpabilité, la douleur scellée, la colère chercheront un exutoire à l’âge adulte, les besoins figés, non satisfaits attendront dans les coulisses pour être satisfaits….

Les mères de ces enfants peuvent être des femmes passives-agressives, co-dépendantes, psychologiquement immatures, froides, dominatrices, incapables de soutenir émotionnellement l’enfant et d’être une figure adulte pour lui. Oui, quoi soutenir, eux, dans leur traumatisme, peuvent projeter sur leur enfant ce que leurs parents ne leur ont pas donné et exiger de combler les déficits de leurs enfants, et rivaliser avec leurs propres enfants. Ces enfants sont orphelins. Orphelins psychologiques….

En fait, un tel “mauvais objets”. Comme un psychiatre américain Michael Bennet dans son livre les appelle des imbéciles. C’est une définition dure et elle a sa place.

Les parents étaient aussi des enfants, et ils avaient leurs parents, ils sont des “produits de leur environnement” et à partir de cette position on peut comprendre pourquoi ils sont comme ça, pourquoi ils ont agi comme ça, quel genre d'”enfant intérieur blessé” ils avaient et comment il a souffert ….. Ils ne sont pas des monstres pour causer délibérément de la souffrance. Elles sont traumatisantes… Mais cela ne les dégage pas de la responsabilité de leur vie et de leur comportement envers leurs enfants. Pour les conséquences des blessures de la violence physique et mentale.

comment pardonner

Alors comment pardonner ?

De nombreux auteurs ne soulèvent même pas du tout cette question et ne protègent pas leurs parents. Le pardon est un choix. Et cela ne garantit pas que tout ira bien, les parents changeront, la vie changera et tout ira bien. Ce sera différent pour chacun à sa manière.

  • Le “pardon” est la défense la plus courante, rester en contact avec de mauvais objets. Ici, il faut d’abord bien comprendre, le pardon n’est-il pas une façon pour un enfant de rester avec ses parents, dans l’espoir de les changer ?
  • Le pardon des parents est nécessaire pour que la relation se poursuive, pour que le besoin d’appartenance soit satisfait.
  • Le pardon est plus nécessaire aux enfants eux-mêmes, qui ne se sont pas séparés de leurs parents, qui n’ont pas retrouvé pied et eux-mêmes, et qui ont encore besoin d’un parent, fût-il tel.
  • Pardonner pour suivre les croyances et stéréotypes religieux « Honore ton père et ta mère », qui inspire un sentiment de culpabilité et ne permet pas de regarder ses blessures et ses souffrances, tout en maintenant la tolérance envers les parents et la famille. Beaucoup de résistance peut surgir ici lorsque vous comprenez clairement et voyez toute la vérité ….
  • En pardonnant, nous déclarons au monde que nous pouvons être traités de cette façon, et Victime”continue

Lorsqu’on sait avec certitude qu’une séparation a eu lieu, de nombreuses personnes font le choix de prendre du recul afin de s’éloigner de leurs parents à une distance telle qu’ils ne puissent pas leur faire de mal. Et dans ce cas aussi, il ne peut être question d’aucun « pardon ».

Cette chanson parle du pardon : “Tu ne pardonneras pas, ce sera pire pour toi, la psychosomatique te tourmente.” Pas clair mieux ou pire. Celui-là doit passer par le processus de deuil et vivre la douleur, c’est certain. Acceptez la vérité sur vos blessures et sur le fait que vos parents ne changeront pas et ne feront pas amende honorable. Ils ne prendront pas leur responsabilité, et que les sacrifices ont été vains, personne ne compense, n’admet pas sa culpabilité et n’obéit pas.

La honte toxique, la culpabilité, l’autodérision, le comportement autodestructeur, la faible estime de soi sont des défenses contre la douleur et les blessures et la capacité de maintenir une image brillante des parents, en se sacrifiant encore et encore.

Pardonner ou non, chacun décide pour lui-même. Il existe toujours un choix! Pas une obligation. Chacun devra trancher cette question par lui-même. Et ce n’est pas facile. Parfois, cela peut prendre plus d’un an de thérapie, où l’image de soi est recueillie pièce par pièce, les yeux s’ouvrent sur les faits, la responsabilité et la culpabilité sont données, les soutiens sont trouvés, les sentiments refoulés sont vécus, c’est définitivement plus difficile, plus long que d’entrer dans le “pardon” en se maîtrisant et en fermant à nouveau les yeux, sans pouvoir changer sa vie.


Dessert

Chargement…